Le projet sportif

François Bourret – 15 Mai 2017

Hey les gars ! Je compte faire une année de césure pour faire la traversée du Népal sur 5-6 mois ! […] Aubin serait chaud aussi pour partir ! Si vous voulez vous joindre au projet, vous êtes la bienvenue ! 😉

Tout part de là ! 4 mois plus tard, les grandes lignes sont fixées : nous traverserons le Népal à pied, sur 3 mois, à partir de la mi-septembre. C’est un beau défi en moyenne montagne qui commencera à Phalut et terminera à Darchula, 1500 kilomètres plus tard, et après être grimpé, par 4 fois, à des cols de plus de 5000 mètres d’altitude.

En marchant, on espère pouvoir prendre notre temps, chose qui n’est pas forcément aisée dans notre société, d’autant plus pour les étudiants. On pourra ainsi se recentrer sur nous-mêmes, et réfléchir. On ne sait pas à quoi, mais en tant que grands habitués de la marche en montagne, on sait très bien que ça cogite là dedans quand on avance au milieu de beaux paysages.

Bilan d’un explorateur de limites, Reinhold Messner

C’est à la vitesse du voyage, de l’escalade, de l’excursion à pied que nous pouvons apprendre quelque chose sur nous et sur le monde.

Pour le parcours, on s’inspire de la basse route du Great Himalaya Trails et des récits d’Alexandre Poussin et de Sylvain Tesson dans La marche dans le ciel. On y greffe aussi un petit détour par le camp de base de l’Everest, par l’un des plus célèbres treks au monde, histoire de s’assurer d’apercevoir les 8 sommets népalais de plus de 8000 mètres. Enfin, on récolte les précieux conseils d’un groupe d’étudiants ayant réalisé un projet similaire, La Transnépalaise, qui nous prête également leurs cartes ! Et avec tout ça, on obtient cette belle trace blanche :

parcours_ameliore

On marchera dans ce sens ←

Si on a choisi la basse route, c’est parce qu’on n’a pas tous des compétences en alpinisme voulait être au plus proche de la population, afin de nous imprégner de la culture népalaise. On dormira donc la majorité du temps en lodge1 mais on sera également autonomes, en emportant notre tente, notre réchaud, nos popotes et nos doudous !

On vous a même préparé une carte, comme ça vous pourrez apprendre par cœur les noms des villages où on va passer : http://u.osmfr.org/m/178089/ .

Et histoire de vous donner un ordre d’idée du morceau auquel on s’attaque :

trace_parcours

Dans l’ordre, les 4 cols de plus de 5000 mètres : Kongma La, Cho La, Renjo La et Thorung La. Vous l’aurez compris, La signifie col en népalais ! 😉2

Un dernier point mais pas des moindres : on va parcourir pas loin de 1500 kilomètres, soit, modulo « C’est plus jolie pour le nom », 400 lieues3. Si on a piqué ce petit nom à ce cher Jules Verne, c’est parce qu’on veut parrainer la traversée. Comme ça, le projet sportif n’est pas totalement déconnecté du projet solidaire !

Vingt Mille lieues sous les mers, Jules Verne

Les mots sont impuissants à raconter de telles merveilles !


1Lodge : C’est un peu un refuge népalais. Mais c’est tenu par l’habitant. Et la nuitée est aux alentours de 2€, repas compris !
2Oui, Renjo La est plus bas que Gokyo sur le tracé, mais c’est normal, chaque point correspond à l’altitude en fin de journée ! 😉
3Lieue : Une lieue équivaut à 4 kilomètres.